Juprelle

  • Slins : collecte de sang ce jeudi 13 avril

    Ce jeudi 13 avril, à partir de 17h30, et ce, jusqu'à 20h, une collecte de sang sera organisée au sein de l'école communale de Slins, rue de la Mer 7c à Slins !

    L'occasion pour les juprellois de venir faire don de leur sang aux personnes qui en ont besoin.

    La Croix Rouge compte sur votre générosité !

  • Le Royal Juprelle Union monte en Division 1

    C'est ce samedi à 18h que l'URBSFA a accepté la montée du Royal Juprelle Union en division 1. Beaucoup n'y croyait plus, et pourtant ! Ils rejoignent plusieurs clubs wallons tels que le Standard, actuellement en tête des PO1 mais aussi Mouscron et Charleroi, la lanterne rouge.

    Le directeur du RJU estime qu'il faudra s'adapter : "Notre stade devra être agrandi. Nous allons construire 3 tribunes supplémentaires afin de garantir un confort optimal pour nos supporters", explique-t-il. 

    Voilà qui devrait satisfaire les Ultras Juprellois, de plus en plus nombreux.

    Une belle opportunité pour la commune de Juprelle de se faire connaitre et d'attirer des touristes.

  • A proximité : un récital de piano romantique au Château de Waroux

    Ce dimanche 2 avril, c'est au Château de Waroux qu'il faudra être. Entretien exclusif avec Béatrice de Bock, musicienne depuis plusieurs années.
     
    1) Pourquoi avoir commencé là dedans et pas dans autre chose ?
     
    "Étant née dans une famille de musicien, chantant à tue-tête depuis petite et ayant grandi à côté d'un Opéra où mon père était Kapellmeister en Allemagne... la question m'a été posée à mes trois ans : veux-tu faire du piano sérieusement ? Si oui ce sera pour toute la vie, si non pas de problème. Je dois dire que la musique et la scène ont exercés sur moi une telle fascination que j'ai dis oui de toutes mes forces".
     
    2) Était-ce un rêve pour vous de vous produire face à un public ?
     
    "Je le fais depuis que j'ai mis un pied à l'école primaire en Belgique vers mes quatre ans. Cela a été dur pourtant après, lorsque j'ai grandi de l'enfant prodige à l'âge adolescent. Alors c'était plutôt un cauchemar, je vomissais, je ne voulais pas jouer... et je finissais par mettre des notes à côtés ou même oublier tout mon morceau, ce qui rendait ma famille encore plus difficile envers moi et m'avait fait perdre confiance. Mais j'aime la scène, il n'y a que là où je me sens vraiment chez moi. Avec le temps, les épreuves de la vie, je la regagne peu à peu cette confiance, même avec ma rigueur et mon auto-critique insoutenable. Et bien sur, je suis heureuse à chaque fois de jouer, sans cela la musique ne voyage pas et elle reste enfermée dans une maison. C'est ça le vrai métier d'artiste, jouer pour les autres. Donner à voyager, remuer là-dedans. C'est pourquoi je vis".
     
    3) Que prévoyez-vous pour le futur ? Continuerez vous là dedans?
     
    Bien sur, j'y suis née, j'y resterai. J'ai fais beaucoup de choses à côté, de l'écriture, de la philosophie à l'Université, de l'écologie... mais je me rends compte qu'il n'y a que la scène où je me sens vraiment heureuse".
     
    4) Quel rêve souhaitez vous encore réaliser dans la musique ? 
     
    "Celui de la reconnaissance tout d'abord de mes nombreuses années de travail dans l'obscurité, et puis surtout du combat contre moi-même pour enfin sortir et assumer la passion qui m'anime chaque jour. La voir grandir et pouvoir enfin en vivre un peu".
     
    5) En musique, avez-vous fait autre chose que du Classique ?
     
    "Oui j'ai touché à énormément, notamment pour survivre mais aussi par curiosité. Le  jazz, la chanson, la musique du monde, la pop et même la musique orientale. Et puis je me disais que je n'arriverai jamais à manger avec du Classique, même si ça restait ce qui me touchait le plus. C'est vrai aussi qu'à un moment, j'étais tellement désespérée que je répétais en échange de repas. Je me rappelle avec nostalgie cette époque où j'attendais toujours le ventre serré la pause pour pouvoir enfin manger. C'est une crue réalité peut-être parce que je n'osais pas me plaindre ou demander. On m'avait élevée comme ça, à prendre tout sur moi. Alors j'acceptais n'importe quoi du moment que j'avais la fougue de vivre  la musique. Maintenant que je suis professeur, ça va un peu mieux, mais c'est toujours difficile... surtout en Belgique. Mais je ne lâche pas, je ne peux pas : c'est toute ma vie".
     
     
     
    Les infos
     
    Du Liszt, du Chopin, des Romantiques qui n'ont pas peur d'exposer les sentiments humains.
    Un répertoire qui vous fait parcourir les états d'âmes de compositeurs dont les oeuvres sont des miroirs de leur coeur.

    Avec explications, commentaires, pour mieux plonger et comprendre en écoutant.

    Et ensuite un petit verre de l'amitié offert pour faire connaissance et discuter dans ce somptueux Château de Waroux.

    Tarif - 12 € sur place
    - 10 € en prévente ( à verser vers au compte BE71001335774569 et nous vous mettrons sur la liste à l'entrée du Concert)
    - 5 € enfant moins de 12 ans

    Pour plus d'information - debockbeatrice@gmail.com

    0477 703 477 ( laissez un message avec vos coordonnées ).
     
    Son site internet : http://www.debockbeatrice.sitew.be/#Biographie.A
    Ses représentations : https://www.youtube.com/watch?v=rCKszrFtFh4 / https://www.youtube.com/watch?v=QtdZDJmPSxQ
    L'événement : http://www.chateau-waroux.be/manifestations/concerts-lyriques/recital-de-piano-beatrice-de-bock-dimanche-2-avril-2017-a-16h00
     
     

    thumbnail_photo maene 2.jpg

     
  • Le dernier hommage à Madame Charlier

    En ce jeudi neuf mars, par un temps maussade et une pluie fine, Georgette Charlier, l'ancienne bourgmestre de Juprelle, fut portée une dernière fois dans son église favorite, celle de Lantin.

    Quelques proches et habitants de Lantin se sont rassemblés afin de rendre hommage à la bourgmestre qui a pu tenir ses fonctions pendant plus de vingt ans. Christine Servaes, bourgmestre actuelle de Juprelle, n'a pas manqué de retracer le parcours ainsi que la personnalité de madame Charlier.

    Elle a désormais rejoint son mari au sein du cimetière situé autour de l'église de Lantin.

    (Photo : Thomas Michiels)

    IMG_4978.JPG

    IMG_4977.JPGù