théâtre wallon robalus

  • Wihogne. Les Rôbaleûs di Slins présîntent lî comédèye - Intrez… I n’a personne -…

    robaleus slins, théâtre wallon slinsÀ Slins, la troupe de théâtre “ Les Rôbaleûs ”, vieille d’une vingtaine d’années, s’est spécialisée dans la mise en scène de pièces de théâtre en Wallon. Le week-end des 22 et 23 décembre prochain, elle jouera ainsi une œuvre de Jean Thoune intitulée : « Intrez… I n’a personne… », une comédie en trois actes dont la mise en scène a été confiée à Francis Barbe qui par ailleurs sera sur scène parmi la troupe. Cette pièce sera jouée à Wihogne en la salle du Patro par les comédiens Aurore Jeanty, Carole Closen, Catherine Sauvage, Renée Smets, Jacqueline Villers, Adrien Barbe, Francis Barbe et Jean Marc Drouven.

    Cela fait déjà plus de vingt ans que la troupe des Robaleus monte sur scène pour proposer des spectacles en wallon. Une troupe qui se classe toujours en bonne place dans les compétitions de théâtre pour la coupe de la Province de Liège et qui se compose exclusivement d’habitants de Slins. Des adultes, mais aussi des jeunes, désireux de perpétuer la tradition de ce dialecte local qui a tendance à disparaître.

    “ En Wallonie, on est fier de notre patrimoine culturel et architectural qu’on tient à préserver. Mais le wallon fait aussi partie de cet héritage culturel. Et il est important de faire vivre ce dialecte afin qu’il ne s’éteigne pas. La meilleure manière de le faire, c’est en mettant en scène des pièces en wallon ”, explique Adrien Barbe, le benjamin de la troupe.

    Un jeune homme qui affirme comprendre les dialogues qu’il récite sur scène: “ Le wallon, je baigne dedans depuis mon enfance. J’ai joué ma première pièce à 8 ans et depuis lors, j’ai attrapé le virus. J’ai finalement plus d’aisance à apprendre mes textes et à jouer en wallon qu’en français ”.

    Entrée : 7 euros.

    A découvrir sur la scène de la salle du patro de Wihogne

    (rue L. Dewonck)

    PAF: 7€.

    robaleus slins

    (Sources Flyer Les Rôbaleûs -vignette ci-dessus- et archives sudpresse mars 2011)