Il tue sa femme avant de retourner l'arme contre lui

Ce vendredi matin, Renée Legrand (60 ans) et son époux, Albert Velut (69 ans), ont été retrouvés morts à leur domicile, Rue du Cheval Blanc, à Voroux-lez-Liers.

Ce vendredi matin, Renée était attendue dans l'école de Voroux-lez-Liers où elle exerce le métier de surveillante depuis de nombreuses années. Son absence anormale a suscité l'inquiétude de ses collègues. Une collègue s'est alors rendue chez elle pour tenter d'en savoir plus sur son absence inhabituelle pour cette femme toujours prévenante. Le petit fils, qui vivait chez ses grands-parents, ainsi que la collègue ont découvert les deux corps dans la chambre du couple. La police de la Basse-Meuse s'est alors rendue sur place en compagnie de la BLR (Brigade Locale de Recherche, NDLR) et du parquet de Liège. Le magistrat de garde a, quant à lui, immédiatement mandaté un médecin légiste, un expert balistique et le laboratoire de la PJF (Police Judiciaire Fédérale, NDLR).

Toutes les pistes ont été étudiées. D'abord, l'hypothèse du double meurtre qui a rapidement été écartée puisque aucune trace d'effraction n'a été trouvée. Ensuite, celle du "suicide collectif" des deux époux. Enfin, l'homicide volontaire suivi du suicide était la dernière possibilité étudiée. Il s'avérera finalement qu'Albert Velut a tué son épouse de trois balles dans la nuque avec une arme de poing, avant de retourner l'arme contre lui. L'enquête doit encore déterminer les causes de ce geste inexplicable pour le moment.

C'est un village encore choqué qui se réveille ce samedi matin.

Le petit-fils a découvert les corps de ses grands-parents

C'est le petit-fils d'Albert et Renée qui a découvert les corps de ses grands-parents. Le jeune adolescent vivait depuis quelques temps chez eux. Des témoignages révèlent que Renée était une femme dévouée pour son petit-fils qui n'aurait, apparemment, rien entendu lorsque le drame s'est produit.

Renée Legrand, au service de l'école de l'Enfant Jésus depuis plus de 30 ans

Manquer un jour de travail sans avertir sa direction, ce n'était pas dans ses habitudes. C'est pourquoi plusieurs de ses collègues se sont inquiétés. Cette surveillante sexagénaire était appréciée de tous. Renée travaillait encore dans cette école où l'annonce de cette nouvelle a créé une véritable onde de choc, même pour les élèves. Plusieurs collègues et anciens élèves réagissent aujourd'hui dans La Meuse et sur les réseaux sociaux : "L'école de l'Enfant Jésus a perdu un de ses piliers", déclare une ancienne élève de l'école. "Quand on avait un événement à l'école, elle venait toujours aider pour les repas. C'était vraiment quelqu'un sur qui on pouvait compter", "Renée était une dame très serviable et toujours disponible", retrouve-t-on ce samedi dans La Meuse. On peut facilement en déduire que cette surveillante laissera un grand vide dans l'école de Voroux-lez-Liers. Beaucoup se demande encore comment cela a pu avoir lieu.

L'enquête se poursuit et elle doit encore déterminer les causes de ce drame dans ce petit coin de Juprelle paisible et calme.

Toutes nos condoléances vont aux proches mais aussi à tous ceux qui l'ont connu à l'école en tant que collègues, élèves, parents d'élèves, ...

 

B9710474095Z.1_20161209115432_000+GM38532II.2-0.jpg734853429_B9710473837Z.1_20161209114005_000_GLI853070.2-0.jpg1692461253_B9710473837Z.1_20161209113706_000_GLI85306J.2-0.jpg

 

Commentaires

  • Merci mon ptit que hallal soit avec elle mon frère

Les commentaires sont fermés.